Somme 18

mars à septembre 1918 dans le Santerre

« Je revois par la pensée le poilu du 124 qui est dans notre réseau, devant le petit poste de la route d’Andechy, et dont la culotte rouge, pisseuse et rigide, couvre mal les tibias desséchés (…) Si les boches nous repèrent maintenant, dans un mois nous serons comme lui … « 

suite :

andechy1914recit

source (pages 5 à 7) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75898879

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :